Les vélos électriques représentent une technologie en plein essor qui possède bien des avantages. Plus écologiques et plus économiques que beaucoup d’autres moyens de transports, un bon nombre de personnes se tourne vers cette nouvelle méthode pour se déplacer.

Mais bien que le terme “vélo électrique” soit le plus employé, il ne s’agit pas toujours du bon type de vélo concerné. En effet, il existe aussi les vélos à assistance électrique, aussi appelés VAE.

Les différences existantes entre ces deux types de vélos ne sont pas flagrantes mais elles ont leur importance. Nous vous expliquons alors ces variations et nous vous guidons dans votre choix.

Les différences entre un vélo électrique et un VAE

Vélo électrique et VAE sont très souvent confondus et désignés tous deux par le terme du premier.

Pour mieux comprendre ce qui les distingue, voici les quelques différences notables que l’on retrouve.

Le pédalage assisté

La principale distinction entre ces deux moyens de transport électriques concerne le pédalage assisté qui n’est pas une technologie proposée par les deux.

Il existe un type de moteur qui n’est présent que sur l’un des deux engins : le moteur dit “intelligent” qui propose un pédalage assisté.

Ce premier moteur permet de profiter d’une aide au pédalage à partir du moment où vous commencer à pédaler.

Le VAE propose ce type de moteur, à savoir un moteur qui vous fait bénéficier d’une assistance proportionnelle à votre force de pédalage et qui s’enclenche dès le premier coup de pédale. Il est aussi important de noter que dès que vous cesser de pédaler, cette assistance s’arrête. Il n’est donc pas possible de continuer d’avancer grâce à la technologie du vélo si vous ne pédalez plus.

Il existe un autre type de moteur. Celui-ci offre une assistance permanente, c’est-à-dire que le moteur tourne en continue.

Le vélo électrique est composé de ce deuxième type de moteur qui s’enclenche bien souvent à

l’aide d’un bouton et qui reste actif qu’il y ait pédalage ou non. Pour être plus précis, ce type de vélo peut aussi être appelé vélo électrique à activation indépendante par exemple.

La batterie

Ces types de moteurs ont un impact sur la batterie ce qui constitue donc une seconde différence entre les deux vélos.

Un vélo qui propose une assistance en continue, quel que soit votre pédalage et même s’il est inexistant, perdra indéniablement plus de batterie qu’un vélo qui s’adapte à vos efforts et qui se stoppe en même temps que vous.

La batterie d’un vélo électrique possède donc moins d’autonomie que celle d’un VAE. Cela signifie que vous pouvez rouler plus longtemps et plus régulièrement sans charge avec un VAE comparé à un vélo électrique.

Bien entendu, cela dépend de la batterie que vous choisissez sur votre vélo mais un VAE possède une autonomie de batterie pouvant aller jusqu’à 150 km tandis que les vélos électriques ne proposent qu’entre 30 et 60 km d’autonomie.

La vitesse

La dernière distinction entre les deux vélos concerne la vitesse et cette différence n’est pas insignifiante.

Un vélo électrique peut aller jusqu’à 45 km/h. Cette vitesse peut être très appréciée pour ceux d’entre vous qui n’ont pas de temps à perdre et qui souhaitent par exemple arriver rapidement au travail.

Un VAE, quant à lui, peut aller jusqu’à 25 km/h. Mais cette limite de vitesse ne présente pas que des inconvénients mais plutôt des avantages au vue de la législation mais aussi de vos efforts de pédalage. Il existe également les speed bikes qui sont limités à 45 km/h.

Pour mieux comprendre les différences entre ces vélos électriques, vous pouvez contacter AB-Ebikes, nos experts vous conseillent et vous guident.

Que dit la législation ?

Concernant la loi, elle diffère largement entre ces deux types de vélos.

En effet, le vélo à assistance électrique 25 – limité à 25 km/h – est considéré comme un cyclomoteur léger.

Le vélo à assistance électrique 45 – limité à 45 km/h, quant à lui, est considéré comme un cyclomoteur et est donc classé dans la même catégorie que les scooters ou les motos.

Concrètement, cela signifie qu’un VAE peut circuler dans toutes les zones ou les vélos sont autorisés mais les VAE 45 n’ont pas l’autorisation de circuler avec le moteur allumé dans le cas où ils circulent dans une zone non-autorisée aux cyclomoteurs.

De plus, ces derniers doivent posséder une immatriculation ainsi qu’une assurance.

La réglementation dépend souvent des cantons, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre localité pour connaître les lois de votre commune concernant les vélos électriques.

Comment choisir entre un vélo électrique et un VAE

Chacun de ces deux-roues présente ses avantages et votre choix devra surtout s’appuyer sur l’utilisation que vous souhaitez en faire.

En règle générale, le VAE est bien souvent préféré pour plusieurs raisons. Pour commencer, il permet de circuler sur les pistes cyclables, tout comme les vélos et c’est bien souvent ce que les utilisateurs recherchent. Il est également moins contrôlé en termes de législation et sa vitesse limitée présente aussi un avantage puisqu’elle est tout simplement moins dangereuse et vous permet de circuler comme des vélos.

Les VAE rapides sont également une option très appréciée mais il faut tout de même prendre en compte la contrainte de devoir couper le moteur dans les zones interdites aux cyclomoteurs.

Le vélo électrique à activation indépendante présente l’avantage de rouler plus vite et de se rapprocher donc davantage d’un scooter, d’une moto ou même d’une voiture en terme de vitesse mais vous ne pouvez malheureusement pas vous permettre de circuler ou vous le souhaitez et cela s’accompagne de plus de lois.

En d’autres termes, si votre utilisation concerne les balades en vélo, aller au travail ou circuler simplement en ville, nous vous conseillons de vous tourner vers un VAE qui saura parfaitement répondre à vos besoins.

Consultez les offres d’AB-Ebikes pour choisir le vélo qui vous correspondra !

× .